Maya D. Ravalia

Journaliste scientifique

À 16 ans, je voulais travailler avec « Médecins sans Frontières » ;
j’étais abonnée à « Sciences et Vie » mais pensais également devenir un moine bouddhiste.

J’ai poursuivi des études universitaires en Biochimie puis en Développement du médicament.

J’ai œuvré 20 ans dans le domaine pharmaceutique, dans les champs thérapeutiques de la Cardiologie, Neurologie et Oncologie.

J’ai côtoyé des experts dans ces domaines au Canada et aux États-Unis, collaboré avec des hôpitaux de pointe mais aussi des petites cliniques; j’y ai rencontré des professionnels qui se battent pour sauver leurs patients.

Je travaille également avec les autorités compétentes du domaine de la santé, tel que l’EMEA, la FDA ou Santé Canada ; dont l’objectif est de mettre à disposition des patients, de nouveaux traitements pour sauver des vies.

Au-delà des efforts continus de tous, je me demande tous les jours, pourquoi sommes-nous arrivés là? N’y-a-t-il pas à un moment donné une nécessité de prendre conscience de notre vie et d’agir différemment?

Je vogue entre Sciences, Histoire et Philosophie – la déconnection de l’homme à sa nature intrinsèque et son déclin sont-ils inéluctables?
(et l’évolution de Homo Neandertal vers Homo Sapiens me passionne – pour dire que je vais aux sources).

Je crois profondément aux pratiques alternatives, aux sagesses des peuples autochtones ; aux philosophies et médecines orientales ;
au lien entre Nature – Corps – Esprit.

Ma devise serait :

« The doctor of the future will give no medecine but will interest their patients in the care of human frame, in diet and the cause and prevention of the disease »

Thomas Edison

(« Le médecin du futur ne donnera aucun médicament mais intéressera ses patients aux soins, à l’alimentation, à la cause et à la prévention de la maladie chez l’homme. »)

Maya D. Ravalia